Actualités

Les services de l'Etat mobilisés dans la lutte contre les violences faites aux femmes

 
 
Les services de l'Etat mobilisés dans la lutte contre les violences faites aux femmes

À l’occasion du lancement du Grenelle des violences conjugales, le préfet de l’Oise Louis LE FRANC a présidé une table ronde aux côtés du procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Beauvais, Florent BOURA, et de Nathalie HASSINI, déléguée départementale aux droits des femmes et à l’égalité.

Dans la salle de l’hémicycle de la préfecture, de nombreux participants se sont réunis pour faire état des actions conduites dans le département, dresser un bilan des procédures et réfléchir aux améliorations possibles dans la prise en charge des victimes de violences conjugales. Des recommandations doivent être transmises dans les prochaines semaines à la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations Marlène SCHIAPPA .

Dans son intervention, le procureur de la République a évoqué un « sujet de préoccupation majeur pour la justice, qui s’apparente à un contentieux de masse tant les faits sont nombreux ». En effet, en 2018 dans le département de l’Oise, plus de 1200 faits de violences au sein du couple et de violences sexuelles ont été déclarées auprès des forces de l’ordre, et plus de 2000 femmes victimes ont été accueillies par les structures partenaires des protocoles. La lutte contre les violences au sein des couples constitue une priorité majeure du Gouvernement, qui a fait de l'égalité femmes-hommes la grande cause du quinquennat.

Le directeur départemental de la sécurité publique Olivier DIMPRE a dressé un bilan des faits de violence au sein de l’arrondissement chef-lieu. « Il ne se passe pas une journée sans que survienne un fait de violence conjugale. C’est un sujet épineux qui nous occupe et nous préoccupe ». Non seulement le bilan est alarmant, mais « de nombreuses femmes ne portent pas plainte, et c’est aussi un sujet dont il faut se saisir », a conclu le commissaire.

Le colonel Sébastien Mahey a ensuite présenté le bilan en zone gendarmerie (plus de 500 faits de violences intrafamiliales enregistrés depuis le début de l’année) ainsi que les dispositifs existants : « l’intervention des gendarmes, si elle comporte bien entendu un volet répressif – avec le traitement judiciaire et pénal - se construit également autour de la prévention ». L’intervention de la gendarmerie s’appuie sur un réseau de personnes ressources, tels que les correspondants territoriaux de proximité ou encore le réseau des intervenants sociaux en gendarmerie. En outre, une structure au sein de l’unité de Beauvais s’occupe spécifiquement des violences intrafamiliales et du traitement de ce contentieux. « Nous travaillons également auprès des lycéens pour diffuser des messages sur la prévention des violences conjugales », a ajouté le colonel.

Étaient également présents à cette table ronde, entre autres, le directeur départemental de la cohésion sociale Frédéric PIGEON, les délégués du préfet Vincent GIRAUD et Dorian FRIEDMAN, des représentants des collectivités territoriales (Conseil départemental et ville de Beauvais) et de l’ARSAgence Régionale de Santé, et du côté des associations, France victimes 60, le Samu Social de l’Oise, le CIDFF Oise et l’ADARS.

Afin d'associer les acteurs et structures des territoires, trois autres tables-rondes présidées par les sous-préfets sont programmées dans les arrondissements du département(le 19 septembre à Clermont, le 4 octobre à Creil et le 6 octobre à Compiègne). Les acteurs signataires des protocoles relatifs à l'accompagnement et au suivi des victimes de violences conjugales des Parquets de Beauvais, Senlis et Compiègne sont également associés à ces rencontres.

Qu'est ce que le Grenelle des violences conjugales?

Le Grenelle des violences conjugales a pour objectif de réunir toutes les parties prenantes (associations, élus locaux et services de l’État concernés, familles des victimes …) afin d’échanger sur la réalité du travail de terrain de prise en charge et d’accompagnement des victimes de violences, et de proposer l’évolution des politiques publiques afin d’améliorer les dispositifs existants.

Il s’accompagne également d’une consultation : tout citoyen souhaitant apporter sa contribution peut le faire en envoyant ses propositions à l’adresse suivante grenelle@pm.gouv.fr

Le Grenelle se conclura le 25 novembre à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Un plan stratégique quinquennal de lutte contre les violences conjugales, constitué à partir des conclusions et recommandations des événements, sera présenté.

La date du 3 septembre 2019 (3/9/19) a été retenue de manière symbolique pour lancer le Grenelle pour faire écho au 3919, numéro vert contre les violences conjugales. Le lancement du Grenelle est également l’occasion de faire connaître ce numéro qui peut sauver des vies.