Actualités

Forte chaleur : Vigilance au risque incendie et pic de chaleur

 
 
Forte chaleur : Vigilance au risque incendie et pic de chaleur

Météo France a placé le département de l’Oise en vigilance orange canicule ce lundi 18 juillet à partir de la mi-journée.

Cet épisode se traduira par un pic de chaleur exceptionnel durant deux jours avec des températures maximales pouvant atteindre les 41 degrés et des rafales de vents atteignant demain jusqu’à 80km/h.

Le département de l’Oise reste en risque incendie très sévère au regard de la météo et des départs de feux la semaine dernière. Depuis le 20 juin, le département de l’Oise comptabilise près de 252 hectares brûlés.

Les mesures prises dans la lutte contre les incendies

La préfète de l’Oise a décidé de nouvelles mesures afin de lutter contre ce risque incendie :

À compter du mardi 19 juillet et mercredi 20 juillet à 8h00 sont interdits sur l’ensemble du département de l’Oise :

  • L’accès et la circulation dans l’ensemble des forêts et bois, sauf pour les routes communales, départementales et nationales ouvertes à la circulation publique et sauf pour les propriétaires et ayants droits ;
  • La vente, le transport et l’utilisation de tous les artifices de divertissement, à l’exception des spectacles pyrotechniques ayant fait l’objet d’une déclaration en préfecture.

Les travaux agricoles, notamment les moissons, sont autorisés aux seules personnes disposant, à proximité du lieu des travaux agricoles, de moyens de lutte contre l’incendie, à savoir une tonne à eau et une déchaumeuse. Cette proximité s’entend des moyens disponibles dans le champ concerné par les travaux ou dans un champ mitoyen.

La préfète prolonge les mesures applicables depuis le 13 juillet et jusqu’au mercredi 20 juillet à 8h00 sont interdits sur l’ensemble du département de l’Oise :
  •  L’utilisation et le lâcher de lanternes volantes (dites également lanternes célestes, chinoises ou thaïlandaises) ;
  • D’allumer et de porter tous feux (y compris les feux festifs, feux de camps et barbecues) et de produire toute flamme dans les espaces naturels (y compris dans les bois et forêts) ou à vocation agricole ;
  • De fumer dans les espaces naturels (y compris dans les bois et forêts) ou à vocation agricole ;
  • Les activités de fauchage, débroussaillage et d’élagage sur les bords de route ;
  • Les activités de broyage et pressage des pailles et chaumes de céréales après récolte entre 14h00 et 20h00 ;
  • L’incinération des végétaux coupés, des végétaux sur pieds et déchets verts (dont écobuage).

La préfète se réserve le droit, au vu de l’évolution des prévisions météorologiques dans les prochains jours, de modifier ces mesures, pour les aggraver ou les alléger.

Rappels :

Interdiction de brûler des déchets verts Il est interdit brûler des déchets verts (végétaux secs ou humides) que ce soit avec un incinérateur de jardin ou à l'air libre, selon le code de l’environnement.

Débroussaillement Il est primordial de débroussailler autour d’habitations ou d’installations de toute nature (camping, chantier, etc...) permet de réduire considérablement la puissance du feu, de limiter son impact sur les bâtiments et installations diverses et de permettre une intervention facilitée des services de lutte.

Un partenariat efficace avec le monde agricole

Les agriculteurs sont des acteurs clefs dans la prévention et la lutte efficace contre les feux d’espaces naturels. Pleinement associé à la cellule de veille départementale, le monde agricole agit en étroite concertation avec la préfecture et le SDISService départemental d'incendie et de secours, pour diffuser les conseils de prudence et analyser les risques en fonction de l’état d’avancement des travaux agricoles.

Le SDISService départemental d'incendie et de secours et la profession agricole sont en lien constant afin d’identifier les ressources en eau qui pourraient être mobilisables en cas de départ d’incendie et d’avoir un état précis de l’avancée des récoltes.

Cette collaboration a permis de limiter le nombre d’hectares brûlés grâce à l’acheminement de tonne à eau et de déchaumeuse durant le travail agricole. Cette pratique doit être généralisée afin de limiter le risque d’incendie.

agri

La préfète de l’Oise et le SDISService départemental d'incendie et de secours appellent à la vigilance les agriculteurs en recommandant de :

  • privilégier les moissons le matin et le soir, afin d’éviter les créneaux où le risque d'incendie est maximum, voire travailler la nuit si les conditions d'humidité sont favorables ;
  • mettre en œuvre des déchaumeuses et des moyens de première intervention d’extinction ;
  • prépositionner déchaumeuses et réserves d’eau mobiles à proximité des moissons ;
  • disposer d’une réserve d’eau mobile (tonne à lisier, citerne mobile…) à moins de 100 m de la machine ;
  • disposer d’un tracteur avec une déchaumeuse attelée à moins de 100 m et effectuer un déchaumage autour du départ de feu.
  • pour des parcelles de grande superficie, il est conseillé de réaliser de larges bandes coupe-feu en agissant d’abord pour réduire la largeur de la tête de feu (coupes en « entonnoir ») et de prévoir un réservoir à eau sur place.

Le SDIS a déployé une application gratuite  « prévention incendie » à destination des agriculteurs et du grand public visant à prévenir les départs de feux. Cette application gratuite a pour but de faciliter les opérations sur le terrain et d’indiquer en temps réel l’emplacement de département de feu

La lutte contre le risque incendie mobilise l’ensemble des acteurs : SDIS, force de l’ordre, monde agricole, l’ONF et les services de l’État.

La préfète de l’Oise remercie l’engagement quotidien dans la lutte contre les incendies particulièrement mobilisés la semaine dernière et qui le sera également les prochains jours.

Vigilance accrue du monde économique et des industriels

Travailleurs exposés à la chaleur, protégez votre santé

Certains facteurs liés à l’environnement et à la situation de travail peuvent augmenter les risques de malaises ou d’accidents (travailleurs du bâtiment, lieux exposés à des températures élevées, port de vêtement de protection…). En période de fortes chaleurs, l’activité doit être organisée en conséquence (aménagements d’horaires, limitation ou report des activités susceptibles d’avoir un effet délétère sur la santé de leurs travailleurs : port de charge, exposition au soleil aux heures les plus chaudes, etc.). De l’eau potable fraîche doit être mise à disposition des travailleurs.

Vous travaillez sous de fortes chaleurs ? Buvez beaucoup d'eau plusieurs fois par jour, soyez vigilant pour vos collègues et vous-même, protégez votre peau et votre tête du soleil, signalez-le lorsque vous vous sentez mal.

Situation spécifique des industriels

Les périodes de fortes chaleurs doivent attirer l’attention des responsables industriels par les impacts que peuvent avoir les niveaux de température et de rayonnement solaire sur leurs installations et leurs process.

Aussi, une grande attention doit être portée en ce début de semaine.

Une sensibilisation des salariés, intérimaires et entreprises sous-traitantes aux risques incendie, aux procédures d’alarme et d’alerte, d’actions de première intention est indispensable.

Ce niveau de vigilance appelle également de renforcer les moyens de surveillance des installations, en particulier en dehors des heures d’activité.

Adoptez les bons réflexes durant ce pic de chaleur

Dans ce contexte de forte chaleur, la préfète de l’Oise rappelle les conseils de prévention, en particulier à destination des personnes les plus fragiles et des travailleurs exposés à la chaleur.

Conseils :

  • En cas de malaise ou de troubles du comportement, appelez un médecin ;
  • Si vous connaissez des personnes âgées, souffrant de maladies chroniques ou isolées dans votre entourage, prenez de leurs nouvelles ou rendez leur visite régulièrement. Accompagnez-les dans un endroit frais ;
  • Pendant la journée, fermez volets, rideaux et fenêtres. Aérez la nuit ;
  • Utilisez un ventilateur et/ou climatiseur si vous en disposez. Sinon, essayez, lorsque cela est possible, de vous rendre dans un endroit frais ou climatisé (grandes surfaces, cinémas…) ;
  • Veillez à boire suffisamment d’eau (1,5L par jour) ;
  • Ne sortez pas aux heures les plus chaudes (11h-21h) ;
  • Si vous devez sortir, portez un chapeau et des vêtements légers ;
  • Limitez vos activités physiques.

Ces conseils simples sont à adopter par tous, mais surtout par les personnes fragiles les plus à risques (personnes âgées de plus de 65 ans, personnes handicapées ou malades à domicile, personnes dépendantes, femmes enceintes, parents de jeunes enfants, collectivités accueillant des enfants…) afin de lutter au mieux contre les conséquences de la chaleur.

FX7XfiIXoAA98MU

Prévention des noyades

Lors d’un pic de chaleur, la différence de température entre l’eau et l’air peut provoquer des malaises lorsqu’on se jette brusquement dans l’eau. Il est conseillé d’entrer progressivement dans l’eau. À tous les âges et dans tous les lieux, la baignade comporte des risques. Il est impératif d’adopter les bons réflexes pour prévenir les noyades.

Retrouvez ci-dessous les arrêtés préfectoraux

> AP interdiction forêts 18 07 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,11 Mb

> AP interdiction feux 18 07 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,33 Mb

> AP restriction récoltes - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,14 Mb

 
 

A lire également :